Je dédicace ce message à Olivier et ses Chemins de poussières…

Ma Jian, né en Chine
Exilé à Hong Kong dans les années quatre-vingt, puis en Europe, il est retourné dans son pays pour une odyssée de trois ans, en quête de lui-même et en a rapporté un livre éblouissant, Chemins de poussière rouge Editions de l'aube (juin 2005),
Pour Gao Xingjian, prix Nobel de littérature, "une des voix les plus courageuses et importantes de la littérature chinoise actuelle"

Ma Jian ne parle que chinois, sa jeune traductrice nous a cependant fait profiter de son humour…
"Pour moi, l’ouverture de la Chine se fait non pas par la politique mais par les femmes…
La Chine est comme une boîte de haricots prête à exploser… Le narrateur auteur aussi !
J’ai toujours pensé qu’on pouvait trouver son chemin avec les pieds… En fait c’est surtout avec son cœur !"

Propos recueillis au Festival Étonnants Voyageurs
Saint-Malo – Palais du Grand Large
Café littéraire du 6 mai 2005